Depuis 2003...
Bassin Pacifique Sud
Nouvelle Calédonie
Polynésie Française
Australie
Fidji
Vanuatu
Wallis & Futunua
Cook
Samoa
Tonga

Le cyclone tropical ERICA

Erica est le 7ème système tropical de la saison 2002-2003 et également le 5ème cyclone
Erica fait aussi partie des systèmes mémorables de l'Hémisphère Sud avec des vents de 130 knots
De plus c'est un système qui a affecté la Nouvelle Caléonie avec des vents de force cyclonique
Seules les Loyauté ont été quelque peu épargnées, mais malgré tout, à Maré, les vents maximum ont tout de même été supérieurs à ceux enregistrés pour Béni

Le passage d’Erica a été accompagné de pluies violentes, mais la rapidité avec laquelle il a balayé la Grande Terre a limité la durée de ces pluies torrentielles
Les données enregistrées font apparaître des forces de vent exceptionnelles et les records, établis lors de passages de différents cyclones, ont presque tous été dépassés
Erica est donc un cyclone exceptionnellement violent et ravageur pour la Nouvelle-Calédonie, tant par les vents enregistrés que par les zones affectées
Les dégâts ont été considérables, essentiellement sur la Grande Terre et l'Ile des Pins. L'ensemble des infrastructures ont été touchés

Formation
Une dépression se forme au début du mois près de l’Australie où elle devient rapidement dépression tropicale modérée et est nommée Erica par le centre de Brisbane
Elle amorce ensuite un déplacement vers le nord-est et s’affaiblit. Pendant plusieurs jours, elle se déplace lentement et reste faible
A partir du 10, la trajectoire s’incurve vers le sud-est. Elle se situe alors au sud des Salomon vers 12° Sud et 157° Est
Evolution
Le 11, elle se renforce et redevient dépression tropicale modérée
Elle se déplace alors à une vitesse d’environ 15 km/h
Son développement est assez rapide
Elle atteint le stade de dépression tropicale forte le 11 à 18h UTC et pénétrer dans notre zone d’alerte

Elle devient cyclone tropical le 12 à 00h UTC
Sa pression au centre est alors estimée à 965 hPa
Les vents maximums près du centre sont de l’ordre de 70 nœuds (130 km/h)
Le cyclone Erica se situe à 670 km au nord-ouest de Koumac et se déplace vers le sud sud-est
Il continue son déplacement vers le nord du territoire en se renforçant encore

Il atteint son maximum d’intensité le 13 à 12h UTC avec une pression de 920 hPa au centre et
des vents moyens maximum estimés à 115 nœuds (215 km/h) avec des rafales atteignant 320 km/h
Erica se trouve alors à proximité de la côte Ouest, à 160 km à l’ouest de Koumac
La trajectoire s’incurve légèrement vers l’est et le cyclone se dirige directement vers la côte Ouest,
sa vitesse augmente à 30 km/h
Le centre du cyclone aborde la côte Ouest à hauteur de Koné le 13 vers 18h UTC (5 heures locales)
Il longe alors la côte Ouest avec une vitesse qui augmente régulièrement pour atteindre 40 à 50 km/h
Son intensité reste très forte bien que la chaîne désorganise un peu la masse nuageuse
Le centre passe sur Bourail vers 21h UTC (8 heures locales), sur Tontouta vers 00hUTC
(11 heures locales), sur Nouméa vers 01h UTC (12 heures locales)
et au sud de l’île des Pins vers 03h UTC (14 heures locales)
Entre la Grande Terre et l'île des Pins, la masse nuageuse se réorganise un peu
Tout au long de la côte Ouest et sur l’île des Pins, le scénario est identique
Les vents soufflent de secteur nord-est avec des rafales qui atteignent plus de 150 km/h,
puis le vent se calme au passage de l’œil pendant un peu moins d’une heure
Ensuite, les vents reprennent soudainement avec violence dans les secteurs ouest et sud,
et atteignent très rapidement 150 km/h en vent moyen, avec des rafales à 200 km/h
Sur la côte Est, le scénario est un peu différent car elle est exposée essentiellement
aux vents de secteur est et nord
Le passage de l’œil sera bien moins net et les vents d’ouest ne pénètrent que
dans certains endroits exposés, surtout en sortie des vallées
Sur les Loyauté, les vents soufflent du secteur nord assez fort et tournent progressivement
au secteur ouest
Erica s’évacue rapidement au sud-est de l’île des Pins, repris dans le courant d'ouest
Le cisaillement de vent en haute altitude devient vite fort, accélérant le comblement